Actions
  • Mes flux d'information
Réservation en ligne

Créer un compte ou se connecter

  Aucun produit pour le moment
2 http://www.cantal-sante.com/

Dépôt d'ordonnance

Envoyez-nous votre ordonnance

NOTRE PHARMACIE

Pharmacie Mathieu
Bechafol
15260 Neuveglise
Tél: 04 71 23 81 24
Fax: 04 71 23 86 98
Horaires d'ouverture
Ouverture du lundi au samedi
de 9h à 19h30
Fermée le dimanche
***************************


Agrandir le plan

Vous êtes dans :

Généralistes
Allociné
Le Figaro 
Le Monde à la une
Le nouvel Obs
Libération
Ouest France
Sciences et avenir
Santé
Cespharm
Cespharm Actualité
Cespharm Catalogue
Institut de veille sanitaire
INVS Événement 
INVS Points épidémiologiques
INVS Tout le site
Le Monde Santé
Ministère de la santé
Ministère de la santé
Ministère de la santé
Ministère de la santé
Santé Publique France
Sentinelles Jussieu
Sport
L'Equipe
Moto verte
Mar 17 Avril 2018 00:00

Du 23 au 29 avril : participez à la semaine européenne de la vaccination

La Semaine européenne de la vaccination, coordonnée en France par le ministère chargé de la santé et Santé publique France, se déroulera du 23 au 29 avril prochains. 

 Le thème national retenu cette année est la vaccination du nourrisson. Cette Semaine sera ainsi l'occasion de relayer l'extension de l'obligation vaccinale à 11 maladies pour les nourrissons nés à partir du 1er janvier 2018 et de rappeler les modalités de sa mise en oeuvre.

Pour vous aider à sensibiliser les parents concernés et répondre à leurs questions, le Cespharm propose :

- pour votre information professionnelle : document faisant le point sur les obligations vaccinales chez le nourrisson, questions-réponses sur les aspects pratiques de la vaccination du nourrisson ;

pour le grand public : cartes postales présentant le calendrier vaccinal 2018 simplifié, disponibles en 2 versions (chez "le nourrisson" ou "l'ensemble de la population") ; brochure "Comprendre la vaccination" ; dépliants accessibles uniquement au téléchargement : "Les vaccins obligatoires pour protéger vos enfants" et 4 outils relatifs à certaines vaccinations (ROR,  hépatite B, infections à pneumocoque ou à méningocoque C).

De nombreuses actions à destination des parents de jeunes enfants, des professionnels de santé et de la petite enfance seront mises en place dans toutes les régions. Pour connaître les manifestations organisées dans votre région, consultez le site de Santé publique France.

Par ailleurs, il est important de faire connaître l'existence du site www.vaccination-info-service.fr (VIS) mis à disposition du grand public par le ministère chargé de la santé et Santé publique France. Ce site de référence rassemble l'ensemble des informations scientifiquement validées sur cette thématique. Une première version de l'espace destiné aux professionnels de santé du site VIS sera lancée à l'occasion de cette Semaine. La version complète de cet espace devrait être accessible d'ici la fin de l'année 2018.

Jeu 05 Avril 2018 00:00

La prévention à l'honneur dans la Stratégie nationale de Santé

Le volet prévention de la Stratégie nationale de Santé a été lancé par le Gouvernement le 26 mars. Parmi les mesures qui le constituent, plusieurs concernent les pharmaciens, de façon directe ou indirecte. Selon le Premier ministre, « une vraie politique de prévention permettrait de préserver près de 100 000 vies par an ».

 

Le Comité interministériel pour la Santé (CIS) a récemment présenté les 25 « mesures-phares » de la politique de prévention visant à accompagner les Français dans le maintien d'une bonne santé tout au long de la vie. Ces mesures concrétisent le premier axe de la Stratégie nationale de Santé 2018-2022.

Carine Wolf-Thal, Présidente du Conseil national de l'Ordre des pharmaciens déclare à cette occasion que l'institution « se mobilise aux côtés des pouvoirs publics pour impliquer la profession dans la mise en ½uvre de ces mesures et faire des propositions concrètes ». En effet, certaines des mesures annoncées peuvent impliquer les pharmaciens en s'inscrivant dans les perspectives d'évolution souhaitées pour la profession (secteurs officine et biologie médicale).

Dans ce cadre, le Cespharm est à vos côtés pour vous fournir des supports d'information et de communication autour des multiples thèmes abordés (rendez-vous dans la rubrique « Tout le Catalogue » du site, puis sélection par thématique).
 

Généralisation de la vaccination antigrippale en officine

La mesure 17 de la politique de prévention prévoit  une simplification du parcours vaccinal et un élargissement des compétences vaccinales des professionnels de santé avec notamment la généralisation de la vaccination antigrippale par les pharmaciens d'officine dès 2019.
 

Entretiens de prévention et campagnes de santé publique

Certaines mesures-phares coïncident avec le relais de campagnes de santé publique par les pharmaciens et le développement d'entretiens de prévention (sevrage tabagique, perte d'autonomie, addictions...) proposés par l'Ordre dans le cadre des nouvelles missions du pharmacien d'officine*. Parmi ces mesures :

  • Chez les femmes enceintes et lors d'un désir grossesse : supplémenter les femmes en vitamine B9 (mesure 1) et améliorer la prévention des consommations à risque et le repérage les addictions (mesure 2).
  • Chez les jeunes : prévenir l'obésité par une promotion renforcée de l'activité physique (mesure 5) et prévenir les risques auditifs (mesure 8).
  • Améliorer la prise en charge des traitements d'aide à l'arrêt du tabac en passant de l'actuel forfait à un remboursement classique (mesure 14).
  • Intensifier les actions de prévention et de dépistage à destination des publics les plus exposés pour contribuer à l'élimination du virus de l'hépatite C en France à l'horizon 2025 (mesure 15)
  • Chez les personnes âgées : prévenir la perte d'autonomie et mettre en place des actions de médiation auprès des sujets isolés ou en situation précaire (mesures 23 et 24)

VIH et IST

Le rôle renforcé des pharmaciens dans la lutte contre le VIH et les IST est soutenu par la mesure 9 qui prévoit notamment un programme d'information et de sensibilisation des jeunes sur la santé sexuelle ainsi qu'un relais des campagnes de dépistage.
 

Dépistage du cancer du col de l'utérus

L'implication renforcée des pharmaciens biologistes médicaux dans le dépistage du cancer du col de l'utérus pourrait être appuyée par la mesure 16 préconisant la mise en place d'un dépistage organisé de ce type de cancer.

 

* Prévues par la loi Hôpital, patients, santé et territoires (HPST) du 21 juillet 2009, article 38

  

Mer 28 Mars 2018 00:00

Tout savoir sur la PrEP et sa dispensation

La prophylaxie pré-exposition au VIH, couramment appelée « PrEP », est une indication figurant depuis août 2016 dans l'AMM de Truvada® et plus récemment dans celles de certains de ses génériques. L'association AIDES et le Cespharm ont élaboré un document d'information pour vous guider dans ce type de dispensation.

 

Quelques semaines après l'appel à la vigilance émis par l'Ordre des pharmaciens suite au recensement, par plusieurs associations de patients, d'erreurs de dispensation de la prophylaxie pré-exposition au VIH (PrEP), AIDES et le Cespharm proposent un document d'information professionnelle sur ce traitement préventif.

Au fil de ses 16 pages, ce document intitulé « La prophylaxie pré-exposition au VIH - Accompagner sa dispensation en pharmacie », détaille notamment ce qu'est la PrEP, à qui elle s'adresse, sa place dans le dispositif de prévention du VIH et les schémas de prise de cette prophylaxie. Sur un axe très pratique, il propose également une conduite à tenir en 8 points face à une prescription de PrEP ainsi qu'une liste de contacts utiles au niveau national et local.

Ce document élaboré conjointement par l'association AIDES et le Cespharm est édité par AIDES et disponible au téléchargement et à la commande via le site Internet du Cespharm.

Jeu 15 Mars 2018 00:00

Bioéthique : une occasion de s'exprimer

« Quel monde voulons-nous pour demain ? » C'est sur les axes bioéthiques de cette question (fin de vie, intelligence artificielle, procréation, médecine prédictive, etc.) que le CCNE souhaite recueillir l'avis du plus grand nombre de français, en vue d'orienter la révision à venir de la loi de bioéthique.

  

La loi de bioéthique sera révisée fin 2018. Afin de l'orienter, le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) mène une consultation visant à recueillir un large éventail d'opinions à l'échelle nationale sur :
? des domaines ayant récemment émergé ou fait l'objet de progrès conséquents (reproduction, cellules souches, génétique et génomique, intelligence artificielle et robotisation, santé et environnement, etc.)
? des « domaines où les opinions de la société ont pu évoluer et qui interrogent de façon directe la société de demain » (procréation, fin de vie, etc.)

Jusqu'à fin avril, cette consultation ouvre la possibilité à tous les citoyens de s'informer et de s'exprimer sur ces sujets via la plateforme https://etatsgenerauxdelabioethique.fr, créée pour l'occasion. Des débats citoyens, ouverts au public, sont également organisés sur tout le territoire.

Pour informer le public et l'inviter à participer à cette consultation, des flyers sont à votre disposition par l'intermédiaire du Cespharm.

En parallèle, des organisations (associations et groupes d'intérêts, sociétés savantes, instituts de recherche, académies, etc.) seront auditionnées.

Au final, un rapport de synthèse de toutes ces contributions et expertises sera rédigé par le CCNE avec pour objectif « d'éclairer les acteurs qui porteront la révision de la loi de bioéthique (ministères, parlementaires, etc.) ».

Jeu 15 Mars 2018 00:00

Prévention de la rougeole : des outils pratiques pour (s')informer

L'épidémie de rougeole s'étend en France, avec 913 cas déclarés depuis début novembre 2017 et 59 départements touchés. Dans ce contexte, le ministère chargé de la santé propose sur son site internet des outils d'information sur les mesures de prévention de cette maladie.

 L'augmentation rapide du nombre de cas de rougeole ces 3 dernières semaines fait craindre une épidémie d'ampleur importante, la couverture vaccinale contre la maladie restant insuffisante dans tous les départements français. Face à ce constat, il est primordial de vérifier le statut vaccinal vis-à-vis de la rougeole de toute personne née après 1980 (en particulier les enfants de 1 à 4 ans, les adolescents, les jeunes parents et les femmes en âge de procréer) et d'effectuer les rattrapages nécessaires. Deux doses de vaccin ROR, espacées d'au moins un mois, sont requises pour être immunisé.

Pour compléter votre information et vous aider à sensibiliser le public à l'importance d'une vaccination ROR complète, différents outils d'information sur les mesures de prophylaxie pré et post-exposition de la rougeole sont mis à disposition sur le site du ministère de la santé :

En complément, le Cespharm vous propose de télécharger sur son site l'affichette "Epidémie de rougeole en France, êtes-vous protégé ?".

Lun 12 Mars 2018 00:00

Prise en charge du rhume : un nouvel outil destiné aux pharmaciens

Le Cespharm vous propose une nouvelle brochure d'information professionnelle sur la prise en charge du rhume. Son objectif ? Vous aider à conseiller au mieux vos patients et à les sensibiliser au bon usage des vasoconstricteurs à visée décongestionnante.

  

Ce nouvel outil, élaboré en collaboration avec deux experts ORL, rappelle les modalités de prise en charge du rhume préconisées en première intention : les mesures hygiéno-diététiques pour limiter les symptômes, les gestes barrières à adopter pour prévenir la contamination de l'entourage et l'administration de paracétamol en cas de fièvre, de céphalées ou de maux de gorge.

Il fait notamment le point sur les règles de bon usage des vasoconstricteurs décongestionnants (dont la pseudoéphédrine), en particulier :

  • ne pas les utiliser chez l'enfant de moins de 15 ans, mais aussi en cas d'HTA sévère ou mal équilibrée, d'insuffisance coronarienne sévère, d'antécédents d'AVC ou de convulsions, et de troubles urétroprostatiques ;
  • respecter la posologie maximale journalière et ne pas dépasser 5 jours de traitement ;
  • ne pas associer entre eux deux vasoconstricteurs décongestionnants (même administrés par des voies différentes).

A noter que la publicité pour les médicaments oraux contenant de la pseudoéphédrine est interdite depuis le 18 décembre 2017.

Jeu 01 Mars 2018 00:00

Mars bleu : mobilisation pour le dépistage du cancer colorectal

"Le cancer colorectal, le dépister à temps peut vous sauver la vie", telle est la signature de la campagne d'information sur le dépistage organisé de ce cancer menée par l'INCa durant tout le mois de mars. A cette occasion, le Cespharm vous propose une sélection d'outils destinés aux personnes ciblées par ce dépistage.

Avec près de 45 000 nouveaux cas et 18 000 décès estimés en 2017, le cancer colorectal  reste le troisième cancer le plus fréquent et le deuxième cancer le plus meurtrier. Malgré un test de dépistage qui a fait la preuve de sa fiabilité et de ses performances, seul un tiers de la population ciblée participe au dépistage organisé. Pourtant, détecté à un stade précoce, ce cancer peut être guéri dans 9 cas sur 10.

Cette année, la campagne "Mars bleu" a pour objectif de faire prendre conscience au public de la dangerosité du cancer colorectal et de l'intérêt de sa détection précoce.

Pour rappel, le dépistage organisé de ce cancer s'adresse aux hommes et aux femmes de 50 à 74 ans, asymptomatiques et sans facteur de risque particulier. Les personnes concernées sont invitées tous les 2 ans à réaliser à leur domicile un test immunologique de recherche de sang occulte dans les selles. Ce test de dépistage est remis par leur médecin traitant et pris en charge à 100%. Il ne nécessite qu'un seul prélèvement.

Pour vous aider à relayer cette manifestation, le Cespharm vous propose une affiche ainsi que deux documents à remettre au public (carte postaledépliant présentant les avantages du test immunologique ainsi que l'intérêt et le déroulement du dépistage organisé). Un film d'animation sur les modalités de ce dépistage, élaboré par l'INCa, est également mis à votre disposition.

Lun 12 Février 2018 00:00

cancersdusein.e-cancer.fr : un nouvel outil d'information destiné aux femmes

L'Institut national du cancer (INCa) met à la disposition des femmes un site d'information dédié aux cancers du sein, à leur prévention et à leur dépistage : cancersdusein.e-cancer.fr.

 Ce site propose à chaque femme d'accéder à une information personnalisée par tranche d'âge (moins de 40 ans, 40 à 49 ans, 50 à 74 ans, 75 ans et plus) sur les modalités de dépistage qui lui sont recommandées.

Il aborde également les symptômes à surveiller, les facteurs et les niveaux de risque, les conseils de prévention à adopter et les éléments essentiels à connaître sur le dépistage organisé du cancer du sein (bénéfices, limites, parcours à suivre pour y participer, garanties de fiabilité du dispositif, ...).

Une rubrique intitulée "Vos questions" regroupe les interrogations les plus fréquentes adressées à l'INCa ou observées sur les réseaux sociaux. Les femmes y ont la possibilité de poser de nouvelles questions.

Ce nouveau site, qui s'inscrit dans le plan d'action pour la rénovation du dépistage organisé du cancer du sein, complète le livret d'information "Dépistage des cancers du sein : s'informer et décider" mis à disposition par l'INCa en septembre dernier. Ce livret est disponible à la commande sur le site du Cespharm.

Par ailleurs, le Cespharm propose également de télécharger un film d'animation sur le dépistage organisé du cancer du sein, élaboré par l'INCa. 

Lun 12 Février 2018 00:00

Les nouveautés du calendrier vaccinal 2018

Le calendrier vaccinal 2018 vient d'être publié sur le site du ministère chargé de la Santé.

 La principale nouveauté concerne l'intégration de l'élargissement de l'obligation vaccinale à 11 maladies pour les enfants nés à partir du 1er janvier 2018.  Ces derniers doivent désormais être vaccinés contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, mais aussi la coqueluche, la rougeole, les oreillons, la rubéole, l'hépatite B, les infections à Haemophilus influenzae de type b, à méningocoque C et à pneumocoque. Ces 11 vaccinations obligatoires seront exigées pour entrer en collectivité et vérifiées à compter du 1er juin 2018.

Par ailleurs, le calendrier vaccinal précise, qu'en l'absence de données d'interchangeabilité pour l'ensemble des vaccins hexavalents (DTPC-Hib-HepB), tout schéma vaccinal débuté avec un vaccin hexavalent doit être poursuivi avec le même vaccin.

Les recommandations relatives à certaines populations particulières (personnes immunodéprimées, nourrissons prématurés, femmes enceintes et sujets âgés) sont désormais regroupées au sein d'un nouveau chapitre. Un tableau récapitulant les vaccinations recommandées chez les patients infectés par le VIH, les personnes traitées par chimiothérapie ou recevant une corticothérapie a également été ajouté.

Mar 06 Février 2018 00:00

Aléas climatiques : inondations et vague de grand froid

Pour vous aider à accompagner le public face aux aléas climatiques actuels, le Cespharm vous rappelle certains points de vigilance sanitaire incontournables en cas de grand froid et vous propose des affiches recensant les réflexes à avoir pendant et après une inondation.

 

Alors que les cours d'eau de France métropolitaine sont en décrue, les fortes précipitations de ces dernières semaines laissent place à une chute des températures avec des conséquences potentiellement notables sur la santé des personnes fragilisées.

 

Inondations et décrues

Le Cespharm met à votre disposition deux affiches téléchargeables et imprimables afin d'accompagner le public dans la prévention des conséquences sanitaires des inondations :

Baisse des températures

  • En période de grand froid certaines populations sont particulièrement vulnérables. Une vigilance accrue s'impose vis-à-vis des personnes âgées, des jeunes enfants et des sujets souffrant de maladies chroniques (en particulier : cardiaques, respiratoires - asthme compris - ou neuropsychiatriques).
  • La prise de certains traitements courants nécessite une attention accrue en période de basses températures (benzodiazépines, neuroleptiques, certains antihypertenseurs, médicaments sous forme de patch etc.)
    Les patients diabétiques doivent être alertés de l'impact du froid sur les résultats de leurs contrôles glycémiques et sur la conservation de leur matériel (bandelettes, électrodes, solution de contrôle et lecteur de glycémie).

Pour votre information professionnelle, vous trouverez des éléments détaillés dans le dossier « Grand froid : professionnels de santé » du ministère chargé de la Santé et la page « Grand froid et produits de santé » du site de l'ANSM.

Lun 29 Janvier 2018 00:00

Extension de l'obligation vaccinale : décret d'application

Le décret n°2018-42 relatif à la vaccination obligatoire a été publié au Journal Officiel le 26 janvier dernier. Il précise les modalités de mise en ½uvre des nouvelles obligations vaccinales pour les jeunes enfants et les modalités de la justification de leur réalisation pour l'entrée ou le maintien en collectivités d'enfants.

Pour rappel, l'élargissement de l'obligation vaccinale à 11 maladies (diphtérie, tétanos, poliomyélite, mais aussi coqueluche, rougeole, oreillons, rubéole, hépatite B, infections à Haemophilus influenzae de type b, à méningocoque C et à pneumocoque) concerne uniquement les enfants nés à partir du 1er janvier 2018.  Ces vaccinations obligatoires devront être pratiquées dans les 18 premiers mois de l'enfant, selon les âges fixés par le calendrier vaccinal.

L'admission en collectivité d'enfants sera subordonnée à la présentation d'un document attestant du respect des obligations vaccinales (carnet de santé, certificat de santé, ou attestation remise par un professionnel de santé autorisé à vacciner). La justification de la réalisation de ces obligations sera effective à compter du 1er juin 2018.

Le décret n°2018-42 précise toutefois que, si une ou plusieurs vaccinations obligatoires font défaut, le mineur est provisoirement admis dans la collectivité d'enfants. Son maintien en collectivité sera alors subordonné à la réalisation des vaccinations manquantes dans un délai de 3 mois après l'admission provisoire.

Mar 23 Janvier 2018 00:00

Infections de l'hiver : une campagne pour promouvoir les gestes barrières

"Ne laissons pas les virus nous gâcher l'hiver", telle est la signature de la campagne d'information menée par le ministère chargé de la santé, l'Assurance maladie et Santé publique France. Son objectif ? Rappeler l'importance d'appliquer les gestes barrières pour se protéger et protéger son entourage des infections de l'hiver.

 Cette campagne met l'accent sur 7 gestes barrières à adopter pour limiter le risque de transmission des virus hivernaux :

  • se laver les mains plusieurs fois par jour à l'eau et au savon ou, à défaut, avec une solution hydroalcoolique, notamment après s'être mouché, avoir toussé ou éternué, ou utilisé les transports en commun,
  • se couvrir le nez et la bouche pour tousser ou éternuer,
  • se moucher avec un mouchoir à usage unique,
  • éviter de se toucher le visage, en particulier le nez et la bouche,
  • en cas  de contamination : limiter ses sorties, limiter les contacts directs (en particulier avec les personnes fragiles) ou indirects, porter un masque chirurgical notamment au contact des personnes fragiles.

Dans le contexte actuel d'épidémies de grippe et de gastro-entérites, l'application de ces gestes de prévention est primordiale.

Pour sensibiliser le public, un important dispositif de communication a été mis en place : diffusion de spots TV et radio, campagne digitale, outils téléchargeables sur le site du ministère chargé de la santé (dont une infographie pour chacun des gestes barrières).

Pour vous aider à relayer ces messages, le Cespharm vous propose de télécharger la vidéo et l'affiche de la campagne. Il met également à votre disposition plusieurs affiches promouvant le lavage des mains ainsi que la brochure "Virus respiratoires : limitons les risques d'infection". Un document  professionnel et une vidéo consacrés à la prévention de la grippe saisonnière sont également disponibles.

Mar 16 Janvier 2018 00:00

Substances dopantes : liste 2018 et outils pratiques

La version 2018 de la liste des substances interdites dans le cadre de pratiques ou de compétitions sportives, a été actée par la récente publication d'un décret*. Point sur les principales nouveautés et outils pratiques utiles pour accompagner au mieux tous les sportifs dans la prévention du dopage.

 

La mise à jour 2018 de la liste des interdictions de l'Agence mondiale antidopage a été publiée au Journal officiel*

 

En vigueur depuis le 1er janvier, cette version 2018 comporte quelques modification par rapport à 2017. Celles-ci sont recensées sur le site Internet de l'Agence française de lutte contre le dopage. En font notamment partie, les suppressions :

  • du glycérol comme agent masquant (auparavant cité dans les exemples de succédanés de plasma interdits en et hors compétition) ;
  • de l'alcool, dans les 4 sports dans lesquels il était jusqu'alors considéré comme dopant en compétition.

En pratique, pour une vérification rapide lors de la délivrance d'un médicament à un sportif, l'Agence française de lutte contre le dopage propose un moteur de recherche qui recense, par nom de spécialité, les médicaments commercialisés en France contenant une substance dopante. Cet outil peut être utilisé par les professionnels de santé ou les patients. Il ne recense que les médicaments humains.

Côté compléments alimentaires, une liste (non exhaustive) des références répondant à la norme AFNOR NF-94001 - qui garantit l'absence de dopants au sein d'un complément alimentaire - est consultable sur le site de la Société française de nutrition du sport. En parallèle, une affiche, une brochure et une fiche d'information professionnelle sont disponibles à ce sujet via le Cespharm.

 

*Décret n°2018-6 portant publication de l'amendement à l'annexe I de la convention internationale contre le dopage dans le sport, Journal officiel du 05/01/2018.

Lun 08 Janvier 2018 00:00

Elargissement de l'obligation vaccinale : point sur sa mise en ½uvre

Les modalités de mise en ½uvre de l'extension de l'obligation vaccinale chez les enfants de moins de 2 ans ont été précisées par la ministre chargée de la santé lors d'une conférence de presse, le 5 janvier 2018.

 

 Quelles sont les vaccinations obligatoires chez le jeune enfant ?

 ? Enfants nés à partir du 1er janvier 2018 : ils devront être vaccinés contre 11 maladies (au lieu de 3 auparavant) : diphtérie, tétanos, poliomyélite, mais aussi coqueluche, rougeole, oreillons, rubéole, hépatite B, infections à Haemophilus influenzae de type b, à méningocoque C et à pneumocoque. Ces 11 vaccinations obligatoires seront exigées pour entrer en collectivité et vérifiées à compter du 1er juin 2018.

? Enfants de moins de 2 ans nés avant 2018 : ils ne sont pas concernés par l'élargissement de l'obligation vaccinale. Seules les vaccinations DTP restent obligatoires.

Quels sont les supports d'information à disposition du public ?

Pour accompagner la mise en place de cette mesure, le ministère chargé de la santé propose sur son site internet différents outils destinés aux parents de jeunes enfants : infographies pédagogiques ("Parcours vaccinal des 0-2 ans", "Qu'est-ce qui change ?", ...), vidéos d'expert, ... Pour disposer d'une information fiable sur la vaccination, le public est également invité à consulter le site de référence www.vaccination-info-service.fr mis à disposition par le ministère chargé de la santé et l'ANSP.

Quel dispositif d'accompagnement pour les professionnels de santé ?

Des réunions d'information seront organisées à leur intention par les ARS dès le premier trimestre 2018. De nombreux outils d'information leur seront prochainement proposés : "Repère pour votre pratique  sur les obligations vaccinales", dossiers pédagogiques, ... De plus, le site vaccination-info-service.fr comportera, d'ici le printemps 2018, un espace dédié aux professionnels de santé.

Mer 03 Janvier 2018 00:00

Monoxyde de carbone : sauvez des vies

Afin d'éviter la centaine de décès annuels liés à des intoxications au monoxyde de carbone, il convient de rappeler, chaque hiver, les gestes de prévention. Le Cespharm vous propose une affiche et une brochure sur cette thématique. A vous de jouer !

  

En ce début d'hiver, près de 500 intoxications au monoxyde de carbone ont déjà été signalées à l'Institut de veille sanitaire depuis septembre 2017. Pourtant, la plupart auraient pu être évitées par l'adoption de réflexes simples limitant l'émanation et la stagnation de ce gaz, indétectable par nos sens (inodore, incolore et non irritant), mais néanmoins mortel :

o  vérification annuelle des appareils de chauffage, d'eau chaude et de ventilation ;
o  strict respect du mode d'emploi des appareils à combustion (chauffages d'appoint notamment) ;
o  aération des intérieurs au moins 10 minutes par jour.

Maux de tête, nausées, fatigue et malaises sont les principaux symptômes pouvant signer une telle intoxication. Le public doit connaître, dans ce cas, l'importance d'aérer immédiatement en ouvrant portes et fenêtres, d'évacuer les locaux et de contacter les secours (pompiers ou SAMU).

Pour vous accompagner dans votre mission de prévention en rappelant au plus grand nombre ces messages simples mais essentiels, le Cespharm vous propose une brochure pédagogique et une affiche éditée par Santé publique France et le ministère en charge de la Santé. A vos commandes !

Ven 15 Décembre 2017 00:00

Recommandations sur la prescription et la délivrance des TSO

L'Ordre national des pharmaciens et l'Ordre national des médecins ont actualisé leurs recommandations conjointes, en matière de prescription et de dispensation des médicaments de substitution aux opiacés. 

Patrick Bouet, président du Conseil national de l'Ordre des médecins, et Carine Wolf-Tahl, présidente du Conseil national de l'Ordre des pharmaciens, ont signé en octobre des recommandations conjointes sur la prescription et la dispensation des médicaments de substitution aux opiacés. Celles-ci ont été présentées au ministère des Solidarités et de la Santé le 12 décembre.

Les deux Ordres ont souhaité actualiser les recommandations préexistantes, pour une prise en charge encadrée et conforme à la réglementation en vigueur des patients qui souffrent de conduites addictives. L'objectif est triple :
o  accompagner les professionnels de santé,
o  faciliter l'accès aux soins  
o  améliorer la prise en charge, l'observance et le suivi des patients.

« Nous avons ½uvré dans une démarche de santé publique. Notre objectif premier demeure la réduction des risques et une entrée facilitée des malades dans un système de prise en charge  », souligne René Paulus, président du Conseil régional de l'Ordre des pharmaciens de Lorraine.

Ces recommandations rappellent que médecins et pharmaciens, acteurs de soins primaires, sont en première ligne. « Elles insistent également sur la nécessité de rendre accessibles ces traitements au plus grand nombre, grâce à une implication de tous les professionnels de santé et sur la nécessité du lien et du dialogue entre médecins et pharmaciens », relève Karine Pansiot, membre du Conseil central de la section D (représentant les pharmaciens adjoints d'officine).

Rappelons que les médicaments de substitution aux opiacés sont prescrits à environ 180 000 patients. Il s'agit à 65 % de buprénorphine et à 35 % de méthadone.

Les recommandations s'articulent en six chapitres :

  1. Le rôle majeur des professionnels de santé
  2. Le rappel des principes déontologiques et des obligations légales
  3. Les règles spécifiques liées à la prescription et à la dispensation des stupéfiants
  4. Les recommandations ordinales pratiques en matière de prescription et de dispensation
  5. Les évolutions attendues pour améliorer la prise en charge du patient et mieux accompagner les professionnels de santé
  6. Codéines et autres médicaments, désormais sur prescription

L'Ordre national des pharmaciens tient à rappeler aux confrères que des référents addiction sont à leur écoute au sein des CROP.

Mar 12 Décembre 2017 00:00

Anticancéreux oraux : les fiches pratiques de l'INCa accessibles via le Cespharm

Les fiches sur la prévention et la gestion des effets indésirables de certains anticancéreux oraux, mises à disposition par l'INCa en mars 2017, sont désormais accessibles depuis le catalogue du site du Cespharm.

 Destinées aux professionnels de santé de ville, ces fiches "médicaments" concernent, pour l'instant, seize molécules indiquées dans le traitement des  :

? Cancers hématologiques : bosutinib-Bosulif®, dasatinib-Sprycel®, imatinib-Glivec®, lénalidomide-Revlimid®, nilotinib-Tasigna®, pomalidomide-Imnovid®, ponatinib-Iclusig®, ruxolitinib-Jakavi® et thalidomide ;

? Cancers de la peau : dabrafénib-Tafinlar® (associé éventuellement au tramétinib-Mekinist®), vémurafénib-Zelboraf® (associé éventuellement au cobimétinib-Cotellic®), et vismodégib-Erivedge® ;

? Cancers bronchopulmonaires : céritinib-Zykadia®, crizotinib-Xalkori®, erlotinib-Tarceva® et géfitinib-Iressa®.

Elles détaillent, pour chaque molécule, les informations essentielles à transmettre au patient, les principales interactions médicamenteuses ainsi que les modalités de suivi et de gestion des effets indésirables.

Le Cespharm vous donne accès à leur contenu depuis son catalogue en ligne.

Mar 05 Décembre 2017 00:00

Gastro, rhume, grippe... communiquez sur le rôle de l'hygiène en prévention

Les gastro-entérites font leur retour ! Communiquez sur l'importance de simples gestes d'hygiène comme barrière aux virus digestifs ou respiratoires tout au long de l'hiver. Pour vous y aider, le Cespharm met à votre disposition vidéos, affiches et brochures.

  
Première barrière aux virus de l'hiver, le lavage des mains n'est pas systématique chez 3 personnes sur 4 après s'être mouchées et chez 6 personnes sur 10 après avoir pris les transports en commun. Si ces chiffres du dernier Baromètre santé de Santé publique France (BEH du 10 octobre 2017) sont en légère baisse par rapport à 2010, de gros progrès restent à faire en la matière.

Pour promouvoir l'importance des gestes barrières, dont l'hygiène des mains fait partie, une campagne d'information nationale vient d'être lancée par le Ministère chargé de la Santé, l'Assurance maladie et Santé publique France.

Le Cespharm vous propose notamment de télécharger la vidéo lancée à cette occasion et met à votre disposition plusieurs affiches sur la thématique ainsi que la brochure « Limitons les risques d'infection » à remettre au public. Un document professionnel et une vidéo consacrés à la prévention de la grippe sont également disponibles. Ceux-ci traitent à la fois des mesures barrières et de la vaccination.

Mer 29 Novembre 2017 00:00

Deux signes simples pour ne pas passer à côté d'une scoliose

Afin de limiter la sévérité d'une scoliose et son impact sur la croissance et la mobilité, son diagnostic doit être précoce. La présence de deux signes simples, qui devraient être connus de tous les parents, doit amener à consulter un médecin. Pour les faire connaître, une courte vidéo et une brochure grand public sont proposés par la Fondation Cotrel.

  

Parce que la scoliose évolue habituellement sans douleur, le regard des parents est primordial dans la précocité de son diagnostic. Plus elle est dépistée tôt, plus l'évolution et les conséquences de cette déformation de la colonne vertébrale peuvent être limitées (en particulier préserver une croissance la plus proche possible de la normale et maintenir la mobilité vertébrale).

L'information des parents est capitale puisque deux signes d'alerte, simples et visibles à l'½il nu, existent. Alors que leur présence justifie une consultation médicale, leur absence doit être revérifiée une à deux fois par an pendant toute la période de croissance de l'enfant. Pour faire connaître ces signes, la Fondation pour la recherche en pathologies rachidienne Yves Cotrel - Institut de France propose deux outils, disponibles auprès du Cespharm :

  • Une courte vidéo, proposée au téléchargement, peut être projetée au public dans les espaces d'attente. En dépit de la saison actuelle, celle-ci prend place dans un cadre estival afin de permettre la bonne visualisation des signes anatomiques.
  • Une brochure pour le public.
Mar 21 Novembre 2017 00:00

Sonia Bedjidian primée pour son engagement dans l'éducation thérapeutique

L'édition 2017 du Prix du Cespharm a récompensé Sonia Bedjidian, pharmacien hospitalier dans les Pyrénées Orientales, pour son engagement et ses actions dans l'éducation thérapeutique des patients (ETP) dans le domaine de la santé mentale. 

  
Le Prix du Cespharm 2017 a été remis à Sonia Bedjidian le 20 novembre à l'occasion de la Journée de l'Ordre. Pharmacien des hôpitaux au Centre hospitalier de Thuir (Pyrénées Orientales), la lauréate a activement contribué à la création d'une unité transversale d'ETP, qu'elle coordonne aujourd'hui dans son établissement.
  
Baptisé « GET 66 » ce groupe d'éducation thérapeutique a pour principales missions de :
-    former les soignants,
-    sensibiliser les patients / aidants,
-    concevoir de nouveaux projets d'ETP,
-    développer l'ETP dans les réseaux de santé.

Le « GET 66 » propose actuellement 2 programmes d'ETP en santé mentale, agréés par l'ARS Languedoc-Roussillon / Midi-Pyrénées :

  • « Vivre avec ses médicaments » s'adresse aux patients atteints de schizophrénie avec pour principal objectif de favoriser l'adhésion au traitement et l'alliance thérapeutique (50 % des patients schizophrènes seraient non-observants avec 75 % de rechutes en cas de mauvaise adhésion au traitement). Sonia Bedjidian assure la coordination, la formation, l'animation et le suivi de ce programme. Elle est également en charge de son amélioration, avec la création et l'optimisation d'outils pédagogiques.
      
  • « Comment bien faire ses courses en mangeant équilibré et en respectant son budget » s'adresse notamment aux patients confrontés à certaines problématiques liées à la prise de psychotropes (syndrome métabolique, modification de l'appétit, prise de poids). La lauréate assure la coordination, la formation et le suivi de ce programme.

Le Cespharm adresse ses plus vives félicitations à Sonia Bedjidian.