Actions
  • Mes flux d'information
Réservation en ligne

Créer un compte ou se connecter

  Aucun produit pour le moment
2 http://www.cantal-sante.com/

Dépôt d'ordonnance

Envoyez-nous votre ordonnance

NOTRE PHARMACIE

Pharmacie Mathieu
Bechafol
15260 Neuveglise
Tél: 04 71 23 81 24
Fax: 04 71 23 86 98
Horaires d'ouverture
Ouverture du lundi au samedi
de 9h à 19h30
Fermée le dimanche
***************************


Agrandir le plan

Vous êtes dans :

Généralistes
Allociné
Le Figaro 
Le Monde à la une
Le nouvel Obs
Libération
Ouest France
Sciences et avenir
Santé
Cespharm
Cespharm Actualité
Cespharm Catalogue
Institut de veille sanitaire
INVS Événement 
INVS Points épidémiologiques
INVS Tout le site
Le Monde Santé
Ministère de la santé
Ministère de la santé
Ministère de la santé
Ministère de la santé
Santé Publique France
Sentinelles Jussieu
Sport
L'Equipe
Moto verte

Substances dopantes : liste 2018 et outils pratiques

La version 2018 de la liste des substances interdites dans le cadre de pratiques ou de compétitions sportives, a été actée par la récente publication d'un décret*. Point sur les principales nouveautés et outils pratiques utiles pour accompagner au mieux tous les sportifs dans la prévention du dopage.

 

La mise à jour 2018 de la liste des interdictions de l'Agence mondiale antidopage a été publiée au Journal officiel*

 

En vigueur depuis le 1er janvier, cette version 2018 comporte quelques modification par rapport à 2017. Celles-ci sont recensées sur le site Internet de l'Agence française de lutte contre le dopage. En font notamment partie, les suppressions :

  • du glycérol comme agent masquant (auparavant cité dans les exemples de succédanés de plasma interdits en et hors compétition) ;
  • de l'alcool, dans les 4 sports dans lesquels il était jusqu'alors considéré comme dopant en compétition.

En pratique, pour une vérification rapide lors de la délivrance d'un médicament à un sportif, l'Agence française de lutte contre le dopage propose un moteur de recherche qui recense, par nom de spécialité, les médicaments commercialisés en France contenant une substance dopante. Cet outil peut être utilisé par les professionnels de santé ou les patients. Il ne recense que les médicaments humains.

Côté compléments alimentaires, une liste (non exhaustive) des références répondant à la norme AFNOR NF-94001 - qui garantit l'absence de dopants au sein d'un complément alimentaire - est consultable sur le site de la Société française de nutrition du sport. En parallèle, une affiche, une brochure et une fiche d'information professionnelle sont disponibles à ce sujet via le Cespharm.

 

*Décret n°2018-6 portant publication de l'amendement à l'annexe I de la convention internationale contre le dopage dans le sport, Journal officiel du 05/01/2018.

Semaine européenne de la vaccination

Méningite : Les 5 bonnes raisons de se faire vacciner contre les infections à méningocoque C - brochure

Rougeole oreillons rubéole : Les 5 bonnes raisons de se faire vacciner - brochure

Hépatite B : Les 5 bonnes raisons de se faire vacciner - brochure destinée aux parents

Infections à pneumocoque - Nourrissons : Les 5 bonnes raisons de se faire vacciner - brochure

Elargissement de l'obligation vaccinale : point sur sa mise en ½uvre

Les modalités de mise en ½uvre de l'extension de l'obligation vaccinale chez les enfants de moins de 2 ans ont été précisées par la ministre chargée de la santé lors d'une conférence de presse, le 5 janvier 2018.

 

 Quelles sont les vaccinations obligatoires chez le jeune enfant ?

 ? Enfants nés à partir du 1er janvier 2018 : ils devront être vaccinés contre 11 maladies (au lieu de 3 auparavant) : diphtérie, tétanos, poliomyélite, mais aussi coqueluche, rougeole, oreillons, rubéole, hépatite B, infections à Haemophilus influenzae de type b, à méningocoque C et à pneumocoque. Ces 11 vaccinations obligatoires seront exigées pour entrer en collectivité et vérifiées à compter du 1er juin 2018.

? Enfants de moins de 2 ans nés avant 2018 : ils ne sont pas concernés par l'élargissement de l'obligation vaccinale. Seules les vaccinations DTP restent obligatoires.

Quels sont les supports d'information à disposition du public ?

Pour accompagner la mise en place de cette mesure, le ministère chargé de la santé propose sur son site internet différents outils destinés aux parents de jeunes enfants : infographies pédagogiques ("Parcours vaccinal des 0-2 ans", "Qu'est-ce qui change ?", ...), vidéos d'expert, ... Pour disposer d'une information fiable sur la vaccination, le public est également invité à consulter le site de référence www.vaccination-info-service.fr mis à disposition par le ministère chargé de la santé et l'ANSP.

Quel dispositif d'accompagnement pour les professionnels de santé ?

Des réunions d'information seront organisées à leur intention par les ARS dès le premier trimestre 2018. De nombreux outils d'information leur seront prochainement proposés : "Repère pour votre pratique  sur les obligations vaccinales", dossiers pédagogiques, ... De plus, le site vaccination-info-service.fr comportera, d'ici le printemps 2018, un espace dédié aux professionnels de santé.

Semaine de prévention et de dépistage des cancers de la peau

Monoxyde de carbone : sauvez des vies

Afin d'éviter la centaine de décès annuels liés à des intoxications au monoxyde de carbone, il convient de rappeler, chaque hiver, les gestes de prévention. Le Cespharm vous propose une affiche et une brochure sur cette thématique. A vous de jouer !

  

En ce début d'hiver, près de 500 intoxications au monoxyde de carbone ont déjà été signalées à l'Institut de veille sanitaire depuis septembre 2017. Pourtant, la plupart auraient pu être évitées par l'adoption de réflexes simples limitant l'émanation et la stagnation de ce gaz, indétectable par nos sens (inodore, incolore et non irritant), mais néanmoins mortel :

o  vérification annuelle des appareils de chauffage, d'eau chaude et de ventilation ;
o  strict respect du mode d'emploi des appareils à combustion (chauffages d'appoint notamment) ;
o  aération des intérieurs au moins 10 minutes par jour.

Maux de tête, nausées, fatigue et malaises sont les principaux symptômes pouvant signer une telle intoxication. Le public doit connaître, dans ce cas, l'importance d'aérer immédiatement en ouvrant portes et fenêtres, d'évacuer les locaux et de contacter les secours (pompiers ou SAMU).

Pour vous accompagner dans votre mission de prévention en rappelant au plus grand nombre ces messages simples mais essentiels, le Cespharm vous propose une brochure pédagogique et une affiche éditée par Santé publique France et le ministère en charge de la Santé. A vos commandes !

Journée nationale de prévention du suicide

Recommandations sur la prescription et la délivrance des TSO

L'Ordre national des pharmaciens et l'Ordre national des médecins ont actualisé leurs recommandations conjointes, en matière de prescription et de dispensation des médicaments de substitution aux opiacés. 

Patrick Bouet, président du Conseil national de l'Ordre des médecins, et Carine Wolf-Tahl, présidente du Conseil national de l'Ordre des pharmaciens, ont signé en octobre des recommandations conjointes sur la prescription et la dispensation des médicaments de substitution aux opiacés. Celles-ci ont été présentées au ministère des Solidarités et de la Santé le 12 décembre.

Les deux Ordres ont souhaité actualiser les recommandations préexistantes, pour une prise en charge encadrée et conforme à la réglementation en vigueur des patients qui souffrent de conduites addictives. L'objectif est triple :
o  accompagner les professionnels de santé,
o  faciliter l'accès aux soins  
o  améliorer la prise en charge, l'observance et le suivi des patients.

« Nous avons ½uvré dans une démarche de santé publique. Notre objectif premier demeure la réduction des risques et une entrée facilitée des malades dans un système de prise en charge  », souligne René Paulus, président du Conseil régional de l'Ordre des pharmaciens de Lorraine.

Ces recommandations rappellent que médecins et pharmaciens, acteurs de soins primaires, sont en première ligne. « Elles insistent également sur la nécessité de rendre accessibles ces traitements au plus grand nombre, grâce à une implication de tous les professionnels de santé et sur la nécessité du lien et du dialogue entre médecins et pharmaciens », relève Karine Pansiot, membre du Conseil central de la section D (représentant les pharmaciens adjoints d'officine).

Rappelons que les médicaments de substitution aux opiacés sont prescrits à environ 180 000 patients. Il s'agit à 65 % de buprénorphine et à 35 % de méthadone.

Les recommandations s'articulent en six chapitres :

  1. Le rôle majeur des professionnels de santé
  2. Le rappel des principes déontologiques et des obligations légales
  3. Les règles spécifiques liées à la prescription et à la dispensation des stupéfiants
  4. Les recommandations ordinales pratiques en matière de prescription et de dispensation
  5. Les évolutions attendues pour améliorer la prise en charge du patient et mieux accompagner les professionnels de santé
  6. Codéines et autres médicaments, désormais sur prescription

L'Ordre national des pharmaciens tient à rappeler aux confrères que des référents addiction sont à leur écoute au sein des CROP.

Parcours du coeur

Pharmagora Plus

Les rencontres de l'officine

Semaines d'information sur la santé mentale

Journée mondiale de l'asthme

C'est l'hiver...protégeons-nous, adoptons les bons gestes - affiche

Anticancéreux oraux : les fiches pratiques de l'INCa accessibles via le Cespharm

Les fiches sur la prévention et la gestion des effets indésirables de certains anticancéreux oraux, mises à disposition par l'INCa en mars 2017, sont désormais accessibles depuis le catalogue du site du Cespharm.

 Destinées aux professionnels de santé de ville, ces fiches "médicaments" concernent, pour l'instant, seize molécules indiquées dans le traitement des  :

? Cancers hématologiques : bosutinib-Bosulif®, dasatinib-Sprycel®, imatinib-Glivec®, lénalidomide-Revlimid®, nilotinib-Tasigna®, pomalidomide-Imnovid®, ponatinib-Iclusig®, ruxolitinib-Jakavi® et thalidomide ;

? Cancers de la peau : dabrafénib-Tafinlar® (associé éventuellement au tramétinib-Mekinist®), vémurafénib-Zelboraf® (associé éventuellement au cobimétinib-Cotellic®), et vismodégib-Erivedge® ;

? Cancers bronchopulmonaires : céritinib-Zykadia®, crizotinib-Xalkori®, erlotinib-Tarceva® et géfitinib-Iressa®.

Elles détaillent, pour chaque molécule, les informations essentielles à transmettre au patient, les principales interactions médicamenteuses ainsi que les modalités de suivi et de gestion des effets indésirables.

Le Cespharm vous donne accès à leur contenu depuis son catalogue en ligne.

Semaine de mobilisation pour le don de moelle osseuse

Question flash