Actions
  • Mes flux d'information
Réservation en ligne

Créer un compte ou se connecter

  Aucun produit pour le moment
2 http://www.cantal-sante.com/

Dépôt d'ordonnance

Envoyez-nous votre ordonnance

NOTRE PHARMACIE

Pharmacie Mathieu
Bechafol
15260 Neuveglise
Tél: 04 71 23 81 24
Fax: 04 71 23 86 98
Horaires d'ouverture
Ouverture du lundi au samedi
de 9h à 19h30
Fermée le dimanche
***************************


Agrandir le plan

Vous êtes dans :

Généralistes
Allociné
Le Monde à la une
Le nouvel Obs
Libération
Ouest France
Sciences et avenir
Santé
Cespharm
Cespharm Actualité
Cespharm Catalogue
Institut de veille sanitaire
INVS Événement 
INVS Points épidémiologiques
INVS Tout le site
Le Figaro Santé
Le Monde Santé
Ministère de la santé
Ministère de la santé
Ministère de la santé
Ministère de la santé
Santé Publique France
Sentinelles Jussieu
Sport
L'Equipe
Moto verte
Ce flux d'information n'a pas été mis à jour depuis le 17/08/2016 01:07. Probablement à cause d'une interruption de service, la mise à jour du flux à été désactivée Mettre à jour
Ven 12 Août 2016 11:25

Surveillance sanitaire en région Centre. Point épidémiologique au 9 août 2016.

Ven 12 Août 2016 09:22

Situation épidémiologique du virus Zika aux Antilles Guyane. Point au 11 août 2016.

Analyse de la situation épidémiologique

La décroissance de l'épidémie se poursuit en Martinique. La Martinique est placée en phase 3a du Psage* « phase épidémique appelant des mesures de gestion habituelles » depuis le 20 janvier 2016.
En Guyane, au cours de la 1re semaine d'août, une nouvelle diminution du nombre estimé de cas cliniquement évocateurs de Zika était enregistrée. Cependant, le réseau de médecins sentinelles étant incomplet cette semaine là, cette tendance reste à confirmer dans les semaines à venir et, le cas échéant, la fin de l'épidémie sur les secteurs du Littoral pourrait être annoncée. L'impact de l'épidémie sur l'activité hospitalière reste faible. La situation épidémiologique sur le Maroni, l'Oyapock et le secteur de l'Intérieur-Est correspond à une transmission autochtone du virus Zika. Pour rappel, le Comité de gestion a acté le passage au niveau 3 du Psage* sur le secteur du littoral le 22 janvier 2016, le passage au niveau 2 du Psage* sur le secteur du Maroni le 4 mars et de l'Intérieur-Est le 1er avril. Par ailleurs, il a acté le 8 juillet dernier le retour au niveau 2 sur le secteur de l'Oyapock qui était au niveau 3 depuis le 1er avril.
La décroissance de l'épidémie se poursuit sur l'île de la Guadeloupe avec une diminution constante du nombre hebdomadaire estimé de cas évocateurs ayant consulté un médecin généraliste au cours des quatre dernières semaines . La Guadeloupe est placée en phase 3a du Psage* « phase épidémique appelant des mesures de gestion habituelles » depuis le 29 avril 2016.
A Saint-Martin, l'épidémie marque le pas avec une baisse du nombre de cas cliniquement évocateur observée pour la quatrième semaine consécutive. Saint-Martin est placé en phase 3 du Psage* : « phase épidémique appelant des mesures de gestion habituelles » depuis le 7 juillet 2016.
A Saint-Barthélemy, le nombre hebdomadaire estimé de cas cliniquement évocateurs de Zika est en hausse par rapport aux semaines passées. Saint Barthélemy est placée en phase 3 du Psage* : « phase épidémique appelant des mesures de gestion habituelles » depuis le 4 août 2016.

*Programme de surveillance, d'alerte et de gestion des émergences
Jeu 11 Août 2016 17:22

Surveillance sanitaire en Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées. Point épidémiologique au 9 août 2016.

Fait marquant

En Languedoc-Roussillon / Midi-Pyrénées, depuis le 1er mai 2016, 166 cas suspects signalés dans les 8 départements sous surveillance renforcée :

  • aucun cas autochtone n'a été identifié ;
  • 57 cas importés (=de retour de zone de circulation virale) de Zika, 18 de dengue et 1 de chikungunya ont été confirmés.

Au niveau national, du 1er mai au 4 août 2016 :

  • Aucun cas de transmission vectorielle autochtone ;
  • 2 cas d'infection à virus zika par transmission sexuelle ont été confirmés ;
  • 226 cas importés (=de retour de zone de circulation virale) de zika, 74 de dengue et 3 de chikungunya ont été confirmés.
Jeu 11 Août 2016 17:15

Surveillance sanitaire des populations migrantes à Calais et Grande Synthe. Point épidémiologique du 5 août 2016.

Sur le camp de la Linière (Grande-Synthe) :

  • Aucune alerte en semaine 30, mais un premier cas de varicelle signalé en semaine 31 par la PASS de Dunkerque ;
  • Le nombre de recours est stable dans les dispensaires ;
  • Evolution notable de pathologies : pas d'évolution notable des pathologies surveillées.

Sur le camp Jules-Ferry (Calais) :

  • L'épidémie de varicelle se poursuit, avec 23 nouvelles consultations en semaine 30 ;
  • Les nombres de recours dans les dispensaires de la PASS et aux urgences sont à des niveaux fréquemment observés ;
  • Evolution notable de pathologies : pas d'évolution notable des pathologies surveillées.
Jeu 11 Août 2016 17:06

Surveillance sanitaire en Bretagne. Point épidémiologique au 3 août 2016.

Synthèse

Pathologies en lien avec la chaleur
Les indicateurs pour pathologies en lien avec la chaleur sont globalement en diminution après le pic enregistré en semaine 29 et dans les moyennes de saison. Sur les prévisions des prochains jours, Météo-France n'indique pas à ce jour de risque de canicule pour la région Bretagne.

Asthme
Après un pic enregistré en semaine 28, l'activité de SOS Médecins et des services d'urgences hospitalières est en diminution et de retour dans les moyennes saisonnières.

Varicelle
Recours aux urgences hospitalières en augmentation et supérieur aux moyennes saisonnières, et recours à SOS médecin stable et dans les moyennes saisonnières. Activité forte en médecine générale : taux d'incidence estimé à 63 cas pour 100 000 habitants (IC à 95% [0;129], données Sentinelles non consolidées).

Jeu 11 Août 2016 17:00

Surveillance épidémiologique dans les Pays de la Loire. Point au 2 août 2016.

Au cours de la semaine dernière dans la région :

Il y a deux semaines 4 départements de la région ont été placés en vigilance orange Canicule par Météo-France. Une augmentation des pathologies liées à la chaleur a été observée au cours de la semaine 29. Les indicateurs sont revenus à un niveau normal pour la saison en semaine 30.

Les méningites à entérovirus restent peu fréquentes en comparaison à l'année 2013. Une mise à jour nationale sur ces infections est disponible sur le site de Santé publique France (en savoir plus).

Persistance de toxines lipophiles signalées dans les coquillages dans le secteur Loire Atlantique et Nord Vendée ayant conduit à des arrêtés d'interdictions de pêche de coquillages.

Jeu 11 Août 2016 16:54

Surveillance sanitaire en région Centre. Point épidémiologique au 2 août 2016.

Jeu 11 Août 2016 16:27

Surveillance épidémiologique en région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine. Point au 28 juillet 2016.

Points clés

Surveillance renforcée du chikungunya, de la dengue et du zika en France

  • En France métropolitaine, Aedes albopictus dit « moustique tigre » est implanté dans 30 départements. En 2015, le Bas-Rhin a été classé comme un département de niveau 1 en raison de l'implantation du moustique vecteur. Il intègre donc le dispositif de surveillance renforcée du chikungunya, de la dengue et du zika en métropole, actif du 1er mai au 30 novembre chaque année.
  • Entre le 1er mai et le 21 juillet 2016, 61 cas importés de dengue, 4 cas importés de chikungunya et 175 cas importés de zika ont été confirmés dans les départements métropolitains effectuant la surveillance renforcées de ces pathologies.

Surveillance de l'asthme

  • Dans les services d'urgence de la région Grand EST, l'activité liée à l'asthme est en baisse en semaine 29. Au niveau départemental, l'activité dans l'Aube reste toujours élevée en comparaison aux autres départements.
  • Pour les associations SOS Médecins, l'activité liée à l'asthme est en baisse mais reste bien supérieure à celle observée à la même période en 2015.

Surveillance des allergies

  • En semaine 29, l'activité liée aux allergies reste faible en médecine ambulatoire.
  • D'après le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA), le risque allergique lié aux pollens de graminées est moyen pour l'ensemble des départements de
    la région.

Surveillance de la mortalité

  • D'après les données disponibles, on ne note pas d'augmentation inhabituelle de la mortalité tous âges et chez les personnes âgées de 75 ans et plus dans la région. Il est à noter que les données de la semaine 29 sont incomplètes en raison des délais de déclarations des décès.
Jeu 11 Août 2016 16:15

Surveillance sanitaire en région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes. Point épidémiologique au 4 août 2016.

Points clés

Mortalité : les effectifs de décès enregistrés, tous âges et 75 ans et plus, sont en légère hausse, proches des valeurs attendues à cette période de l'année. Tendance identique au niveau national.

Passages aux urgences des populations sensibles : activité proche des valeurs attendues pour la saison pour les 75 ans et plus et les moins de 1 an.

Virologie : parmi les 6 prélèvements positifs pour virus respiratoires analysés par le laboratoire du CHU de Bordeaux, 3 étaient positifs pour para influenza et 2 pour entérovirus. Parmi les 11 prélèvements positifs pour virus respiratoires analysés par le laboratoire du CHU de Poitiers, 7 étaient positifs pour rhinovirus et 3 pour virus para influenzae. Diminution des prélèvements méningés positifs à entérovirus, avec stabilisation des passages aux urgences pour méningite à entérovirus au niveau régional.

Gastro-entérites : en région ALPC, activité faible proche des valeurs attendues pour la période.

Varicelle : activité en baisse d'après les données SOS Médecins, avec une proportion de l'activité qui passe sous le seuil d'alerte.

Allergies : activité en légère baisse qui reste dans des valeurs élevées selon SOS Médecins, comparable aux années précédentes. En prévision, risque allergo-pollinique faible à élevé pour les pollens de graminées et très faible à faible pour les pollens châtaignier et urticacées.

Asthme : activité en baisse aux urgences et à SOS Médecins qui reste légèrement supérieure à l'activité observée l'année précédente à la même période pour les urgences.

Chikungunya, Dengue et Zika - Surveillance renforcée au 04/08/2016 : depuis le 1er mai, début de la surveillance renforcée dans les départements de l'ex-Aquitaine colonisés par Aedes albopictus, 100 cas suspects ont été signalés. Parmi eux, 10 cas importés de dengue et 33 cas importés de zika, ont été confirmés. Un cas de zika par transmission sexuelle a été confirmé. Il n'y a pas de transmission vectorielle autochtone.

Pathologies liées à la chaleur : après un pic d'activité en lien avec l'épisode de forte chaleur en semaine 29, les indicateurs liés à la chaleur pour SOS Médecins et aux urgences sont en baisse avec des valeurs habituellement observées à cette période. Pour les prochains jours, Météo-France ne prévoit pas de vigilance canicule.

Maladies à déclaration obligatoire (MDO) : pas de situation inhabituelle depuis le début du mois de juin pour les 5 MDO suivies en temps réel (hépatite A, IIM, légionellose, rougeole, Tiac).

Jeu 11 Août 2016 16:08

Surveillance sanitaire en région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes. Point épidémiologique au 28 juillet 2016.

Points clés

Mortalité : les effectifs de décès enregistrés, tous âges et 75 ans et plus, sont en dessous des valeurs attendues à cette période de l'année. Tendance identique au niveau national.

Passages aux urgences des populations sensibles : activité proche des valeurs attendues pour la saison pour les 75 ans et plus et les moins de 1 an.

Virologie : parmi les 11 prélèvements positifs pour virus respiratoires analysés par le laboratoire du CHU de Bordeaux, 2 étaient positifs pour adénovirus, 4 pour entérovirus et 4 pour rhinovirus. Parmi les 14 prélèvements positifs pour virus respiratoires analysés par le laboratoire du CHU de Poitiers, 7 étaient positifs pour rhinovirus et 4 pour virus para influenzae. Stabilisation des prélèvements méningés positifs à entérovirus, avec augmentation des passages aux urgences pour méningite à entérovirus au niveau régional.

Gastro-entérites : en région ALPC, activité en légère augmentation en ce qui concerne les passages aux urgences mais qui reste proche des valeurs attendues pour la période. Même tendance au niveau national.

Varicelle : activité soutenue depuis plusieurs semaines d'après les données SOS Médecins, avec une proportion de l'activité qui reste proche du seuil d'alerte en S29-2016.

Allergies : activité en baisse qui reste dans des valeurs élevées selon SOS Médecins, comparable aux années précédentes. En prévision, risque allergo-pollinique moyen à élevé pour les pollens de graminées et très faible à faible pour les pollens de plantain, châtaignier et urticacées.

Asthme : activité en baisse selon OSCOUR® et en légère hausse selon SOS Médecins qui reste légèrement supérieure à l'activité observée les années précédentes à la même période. Tendance identique au niveau national.

Chikungunya, Dengue et Zika - Surveillance renforcée au 28/07/2016 : depuis le 1er mai, début de la surveillance renforcée dans les départements de l'ex-Aquitaine colonisés par Aedes albopictus, 90 cas suspects ont été signalés. Parmi eux, 10 cas importés de dengue et 31 cas importés de Zika, ont été confirmés. Un cas de Zika par transmission sexuelle a été confirmé. Il n'y a pas de transmission vectorielle autochtone.

Pathologies liées à la chaleur : activité en forte augmentation (respectivement 1,3 % et 0,6 % de l'activité totale de SOS Médecins et du réseau OSCOUR®) en lien avec le passage en vigilance canicule orange pour cinq départements de la région (Charentes, Charente-Maritime, Vienne, Haute-Vienne et Deux-Sèvres) et en jaune pour les autres départements en semaine 29. La majorité des passages liés à la chaleur concernait les personnes âgées et les adultes. Pour les prochains jours, Météo-France ne prévoit pas de vigilance canicule.

Maladies à déclaration obligatoire (MDO) : pas de situation inhabituelle depuis le début du mois de juin pour les 5 MDO suivies en temps réel (hépatite A, IIM, légionellose, tougeole, Tiac).

Mar 09 Août 2016 14:09

Situation épidémiologique du virus Zika aux Antilles Guyane. Point au 4 août 2016.

Analyse de la situation épidémiologique

En Martinique, une diminution du nombre hebdomadaire estimé de cas cliniquement évocateurs de Zika est enregistrée pendant la dernière semaine de juillet. La décroissance de l'épidémie se poursuit. Le département est placé en phase 3a du Psage* « phase épidémique appelant des mesures de gestion habituelles » depuis le 20 janvier 2016.

En Guyane, au cours des trois dernières semaines de juillet, le nombre de cas cliniquement évocateurs de Zika était stable et à des valeurs proches de celles observées en début d'épidémie. L'épidémie semble donc marquer le pas en Guyane, cette tendance reste à confirmer dans les semaines à venir. La situation épidémiologique sur le Maroni, l'Oyapock et le secteur de l'Intérieur-Est correspond à une transmission autochtone du virus Zika. Pour rappel, le Comité de gestion a acté le passage au niveau 3 du Psage* sur le secteur du littoral le 22 janvier 2016, le passage au niveau 2 du Psage* sur le secteur du Maroni le 4 mars et de l'Intérieur-Est le 1er avril. Par ailleurs, il a acté le 8 juillet dernier le retour au niveau 2 sur le secteur de l'Oyapock qui était au niveau 3 depuis le 1er avril.

En Guadeloupe, la décroissance de l'épidémie se confirme au cours de la dernière semaine de juillet avec une diminution du nombre de cas cliniquement évocateurs observée pour la troisième semaine consécutive. La Guadeloupe est placée en phase 3a du Psage* « phase épidémique appelant des mesures de gestion habituelles » depuis le 29 avril 2016.

A Saint-Martin, une baisse du nombre de cas cliniquement évocateurs est observée pour la deuxième semaine consécutive mais cette tendance reste à confirmer dans les prochaines semaines. Saint-Martin est placé en phase 3 du Psage* : « phase épidémique appelant des mesures de gestion habituelles » depuis le 7 juillet 2016.

A Saint-Barthélemy, le nombre hebdomadaire estimé de cas cliniquement évocateurs de Zika est en augmentation par rapport aux semaines passées. Le 19 juillet 2016, le Comité d'expert des maladies infectieuses et émergentes a recommandé le passage en phase 3 du Psage* : « phase épidémique appelant des mesures de gestion habituelles ».

*Programme de surveillance, d'alerte et de gestion des émergences
Lun 01 Août 2016 14:51

Surveillance sanitaire dans les Hauts-de-France. Point épidémiologique du 28 juillet 2016.

Points clés

En France métropolitaine :

  • trois épisodes de fortes chaleurs ont eu lieu au cours des mois de juin et juillet, dont un épisode caniculaire (17-21 juillet) ;
  • les nombres de recours aux urgences et à SOS Médecins n'ont pas connu d'augmentations particulières au cours de ces épisodes ;
  • en revanche, les recours pour pathologies en lien avec la chaleur étaient en augmentation, notamment au cours de l'épisode caniculaire

Dans la région Hauts-de-France :

  • seul le département de l'Oise a été placé en vigilance jaune canicule le 18 juillet. En dehors de cet épisode et de ce département, aucun événement météorologique n'a été à signaler depuis le 1er juin ;
  • quelques augmentations ponctuelles ont été observées dans les recours aux urgences et à SOS Médecins au cours de la vague de chaleur du 17-21 juillet.
Lun 01 Août 2016 14:46

Surveillance sanitaire en Auvergne et Rhône-Alpes. Point épidémiologique au 28 juillet 2016.

Lun 01 Août 2016 14:36

Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 28 juillet 2016.

A la Une

A chaque âge et en tout lieu, les noyades restent un danger

En mer, en rivière, en lac ou en piscine, l'été est souvent l'occasion de baignades et d'activités nautiques. Mais chaque été, les noyades sont responsables de nombreux décès accidentels, tant chez les enfants que chez les adultes et les seniors. Au cours de l'été 2015, l'enquête NOYADES a recensé 1 266 noyades accidentelles, dont 436 décès, soit près de 4 décès par jour. Tous les âges et tous les lieux de baignade ont été concernés.

Les cinq régions ayant enregistré le plus de décès ont la particularité d'avoir une façade maritime : Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Aquitaine, Langue-doc-Roussillon, Pays de la Loire et Bretagne. La moitié des noyades accidentelles ont eu lieu en mer, soit 637 noyades dont 167 décès. En Bourgogne Franche-Comté, 13 noyades (dont 7 décès) ont été recensées en Bourgogne et 19 (dont 9 décès) en Franche-Comté.

Les noyades en mer s'expliquent principalement par les courants et l'épuisement. Les noyades se produisant en cours d'eau sont fortement corrélées à la prise d'alcool, un malaise d'origine cardiaque et à de l'hydrocution. Les noyades en piscine ou autres lieux (baignoire, bassin, etc.) sont très fortement corrélées à l'absence de surveillance et au fait de ne pas savoir nager (et, dans une moindre mesure, à une chute). Ces conclusions sont proches de celles des études précédentes menées en 2004, 2006, 2009 et 2012.

Pour éviter les risques et profiter de l'eau sans danger, la Direction générale de la santé et Santé publique France rappellent les bons réflexes :

  • Lors d'une baignade en mer, restez dans une zone de baignade surveillée. Renseignez-vous sur l'état de la mer et des courants, et tenez compte de votre condition physique et de votre état de santé avant de vous lancer à l'eau !
  • Une surveillance constante et rapprochée des enfants est indispensable : aucun dispositif de sécurité ne remplace votre vigilance, même dans des lieux de baignade surveillée. L'apprentissage de la nage est recommandé le plus tôt possible, mais il n'est jamais trop tard pour apprendre à nager.
  • En cours d'eau et plan d'eau, respectez toujours les interdictions de baignade, et restez dans les zones surveillées. Ne consommez pas d'alcool avant la baignade ou toute activité nautique !
Lun 01 Août 2016 14:32

Surveillance de la grippe à La Réunion. Point épidémiologique au 28 juillet 2016.

Situation épidémiologique

Malgré une légère diminution des indicateurs de surveillance (consultations chez les médecins sentinelles et passages pour grippe dans les services d'urgences), l'épidémie de grippe qui a débuté mi-avril à la Réunion se poursuit. Le virus A (H1N1)pdm09 est devenu majoritaire parmi les prélèvements sentinelles analysés, toujours avec une co-circulation de virus B et A(H3N2). De nombreux cas sévères (n=47) ont été hospitalisés en réanimation, dont 12 sont décédés et 5 toujours hospitalisés. Dans ce contexte, il est important de rappeler que la campagne vaccinale est toujours en cours et que la vaccination est le seul moyen pour les personnes fragiles de se protéger contre les complications et les formes sévères de la maladie.

Lun 01 Août 2016 14:29

Surveillance sanitaire en région Ile-de-France. Point au 27 juillet 2016.

Synthèse

En semaine 29, on observe une augmentation modérée des pathologies en lien avec la chaleur au cours de l'épisode de vigilance jaune.

Lun 01 Août 2016 14:25

Surveillance épidémiologique en Corse. Point au 27 juillet 2016.

Lun 01 Août 2016 14:22

Surveillance épidémiologique en Paca. Point au 27 juillet 2016.

Lun 01 Août 2016 10:53

Surveillance sanitaire en Bretagne. Point épidémiologique au 27 juillet 2016.

Synthèse

Asthme
Diminution du recours à SOS Médecins et aux services d'urgences hospitalières, mais maintien de l'activité au-dessus des moyennes de saison.

Pathologies en lien avec la chaleur
Au cours de la semaine 29, les Côtes d'Armor, l'Ille-et-Vilaine, le Morbihan et le Finistère ont été placés en vigilance jaune canicule pendant deux jours, les 18 et 19 juillet.
Les indicateurs SOS Médecins pour pathologies en lien avec la chaleur ont augmenté en cohérence avec la hausse des températures en début de semaine. SOS Médecins enregistrent 10 cas de déshydratations (dont 5 chez des personnes âgées de 75 ans et plus) et 13 cas de coup de chaleur (dont 2 chez des enfants âgés de 5 à 14 ans et 2 chez des personnes âgées de 75 ans et plus). L'ensemble de ces cas représente moins de 1,5 % des diagnostics codés en semaine 29. Sur les prévisions des 5 prochains jours, Météo-France n'indique pas à ce jour de risque de canicule pour la région Bretagne.

*Pour rappel, les effectifs présentés et les comparaisons annuelles ne proviennent que des 9 établissements qui transmettent des RPU depuis 3 ans.

Lun 01 Août 2016 10:49

Surveillance sanitaire en région Centre. Point épidémiologique au 26 juillet 2016.